ahwach

 

 

Ahwach: définition et typologie 

Ahwach est une danse typiquement amazigh du grand Atlas et de la région de souss, c’est une danse collective binaire du village célébrant toutes les festivités et moments importants de la vie. Elle fait partie intégrante de la vie sociale des imazighen, de leur culture orale. C’est tout un art musical mariant harmonieusement le mouvement, le rythme et la voix.

Elle est instrumentalisée par les flûtes et les tambourins et se caractérise généralement par tout un processus d’improvisations poétiques, de chants dialogués et de percussions. Mais chaque région se distingue par son propre Ahwach, celui-ci peut être mixte ( le groupe de femmes est autour ou en face de celui des hommes) ou exclusivement masculin ou féminin, précédé ou non de chants dialogués individuels ou collectifs, et avec des rythmes plus ou moins lents, variés en accentuations en fonction des régions..
Ahwach se déroule en plusieurs temps, la partie la plus difficile à réaliser dans cette danse est probablement celle qui constitue son originalité : c’est la partie de l’msaq : les joutes poétiques qui précèdent la danse.

En effet, ces joutes poétiques nécessitent que les quelques danseurs d’Ahwach qui s’en chargent soient dotés d’un extraordinaire pouvoir d’improvisations poétiques et d’un grand sens de la répartie.
Les deux chœurs ( hommes et /ou femmes) se tiennent face à face et alternent leurs chants qui font généralement référence à l’amour, à la nature, ou aux événements qui se passent dans la tribu.

Les manifestations gestuelles entrent ensuite en jeu et qui diffèrent selon les régions, elles comportent les claquements des mains, les trépignements, les jeux de tambours qui consstituent des moments forts de l’ahwach.
Les rythmes musicaux ainsi que les gestes des danseurs s’accèlèrent au fur et à mesure que la danse s’intensifie.
La solennité qui se dégage de ces danses en fait un spectacle d’une beauté extrême.

Ahwach est composé de plusieurs types de danses dont les caractéristiques diffèrent d’une région à l’autre. En voici quelques types connues, la liste n’étant pas exhaustive :

TASKIWIN

C’est une forme particulière de l’Ahouach. Cette danse est une danse masculine accompagnée de flûtes et de tambours ; elle a une connotation guerrière.
Elle porte son nom de la corne à poudre richement décorée que porte chaque danseur sur l’épaule gauche : taskiwin au pluriel.
Cette danse nécessite la participation d’une vingtaine d’hommes, requiert deux ou trois tambours sur cadre, des tallunt et des flûtes, tal’wwatt ; de plus chacun des danseurs tient un petit tambour en forme de gobelet, agwal.
Les danseurs portent des vêtements particuliers : des burnous blancs, un turban blanc, une ceinture brodée et un poignard enfoui dans un fourneau


AHEYYAD


En revanche, la danse d’Aheyyad n’est pas un seul type, mais plusieurs selon les régions, on y trouve :
Aheyyad de Haha, Aheyyad de Aoulouze, Aheyyad de Tiznit, Aheyyad de Taskiwine
On trouve également une troupe artistique et une danse humoristique et sportif appelée « IHEYADEN ». S’il s’agit dune troupe, on les appelle aussi OULAD SIDI AHMED OUMOSSA, Le terme « AHIYAD » à son tour a plusieurs significations, selon le contexte dans lequel on l’utilise, soit on désigne :
-un type de danse, indépendant dans ses gestes, et distingués par ses mouvements et ses mélodies, et qu’on trouve généralement dans les régions de (AOULOUZE, HAHA, TIZNIT, IDA OUKENSOUSSE.) il est probable qu’il se trouve dans d’autres région de Souss.
-un rythme déterminé de danse TASKIWINE, sous forme de mouvement et gestes bien distinguées. (c.f TASKIWINE)
-une troupe artistique ambulante, qui a fait du danse, chant et humour accompagnés du sport un métier, leur permettant de générer un revenu et de là garantir leur vie.
DDERST
Au niveau linguistique, le mot « DERST » signifie : un groupe, une troupe soit d’hommes et femmes, soit des filles ou des pigeons ou tout autre genres d’oiseau. Dans le langage courant, ce mot « DERST » signifie un type de danse, qui règne dans les régions de Haut et d’Anti-Atlas et qui se diffère selon les régions


1- Au haut Atlas:

On trouve deux sous types de DERST différent au niveau de leur forme, leur mouvement et leur rythme.Le premier sous type se trouve dans les tribus de (IMIN TANOUTE, IMNTAGUEN, IDAOUHAMOUDE), dansé par les hommes et les filles célibataires, qui s’organisent en deux rangés parallèles tout en se dialoguant par leurs mouvements et leurs chants.
Le deuxième sous type se situe dans la région de « IDA OUZDAGH » au pleine sud d’ADRAR NDERN, dans cette région, seul les hommes pratiquent la dite danse et dans une seul rangé, tandis que chacune des filles danse dans la zone qui lui plaît, de la manière qui lui plaît, en utilisant des mouvements ou elle se sent capable de montrer son aptitude à danser et de refléter sa beauté comme étant une fille acceptable devant celui qu’elle voudrait avoir comme son bien-aimé, tout en mettant un foulard blanc symbole
de pureté et d’innocence. Une fois que la danse est terminée, chaque fille rejoint sa place au milieu des spectateurs, alors que les hommes se préparent à une deuxième danse après un bref repos.
Dans la région d’AOULOUZE la danse DERST est connu sous le terme « AJOUGHR » qui signifie la succession dans le rythme da la danse, allant d’un rythme lent jusqu’au rapide, l’AJOUGHR est réaliséé par les hommes et les femmes, par contre dans la région de TALIOUINE cette danse est réalisée uniquement par les hommes, mais semblable à celle d’AOULOUZE du fait de la proximité des deux régions.


2- Anti-Atlas :

Egalement on y trouve deux sous types de DERST, un dans les tribus de
« AKA » &« HAHA » et les régions montagnards, identique dans les deux régions en matière de mouvement et rythme, mais pratiqués uniquement par les hommes. Le deuxième sous type se trouve dans la région de TIZNIT réservé aux femmes, il diffère par son rythme de celui pratiqué dans l’Anti-Atlas.

TAHOUACHT

Une danse située aux pleines sud du Grand Atlas, réservée aux hommes qui la pratiquent avec gestes et mouvements déterminés, on l’appelle aussi « TAROUZI », elle se trouve également dans la région de « AOULOUZE, TIZNIT, … », dans la région d’AOULOUZE TAHOUACHT est réservée uniquement aux hommes, mais dans la région de TIZNIT et ses proximités, elle est réservée aux femmes, interprétée en berbère et en arabe dialectale. Dans les régions de TATA, AKA, ELFIJA, FEM ELHSSEN, ….cette danse est appelé« AGOUAL » réservée aux hommes uniquement.

AHNAKAR

Danse collective située dans la région de : TATA, ELFIJA, les tribus d’IDA
OUKENSOUSS, TAFRAOUTE, IDA OUGNIDIF, ISSAFEN, AOULOUZE,
ISSENDALEN ….
Jusqu’à présent, on ne connaît pas la signification exacte du mot AHNAKAR, tous ce qu’on sait c’est l’utilisation de ce mot pour qualifier les mouvements et les rythmes forts qui distinguent ce genre de danse qui varie d’une région à l’autre.
[/b]

ISEMGANE

Les Gnawas, musiciens et danseurs descendants d’anciens esclaves, de l’ancien Soudan Occidental.
Ces danseurs se caractérisent par leurs sauts impressionnants, tourbillonnant sur eux-mêmes, martelant le sol avec leur pieds nus.
C’est une danse à caractère religieux, sans prières mais un ensemble complexe de chants et de danses, dont chacune invoque un génie qui viendra posséder l’adepte avec lequel il entretient un lien particulier.

AJMAK


Une danse particulière que l’on trouve dans la région de Chtouka, typiquement masculine.
Plus qu’une simple danse rythmique, c’est un vrai spectacle de joutes poétiques échangées dans la place centrale du village entre deux rangs d’hommes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site