albnsir1

Albensir :
vie et oeuvre d’un grand rrays
 
 
 
 
 
 
  



 

 

Mohamed Albensir (dit Damsiri) est l’un des plus grands rways contemporains.


Ce fils de boucher est né en 1937 à Tamsoult, dans le territoire des Ilbensiren (Haut-Atlas occidental). Il a le parcours classique de tout jeune Amazigh du Sud du Maroc (école coranique, randonnées pastorales derrière le cheptel familial) mais il est happé très jeune par le monde de la poésie et de la musique. Il fait preuve dans les cérémonies d’ahwach d’un don poétique exceptionnel. Il tient ainsi tête dans les asays (place villageoise où s’exécute l’ahwach) aux plus grands poètes de sa région. Fort de cette expérience, il rejoint en 1958 les troupes des chanteurs Amentag et Ahrouch. Il s’attache alors à mieux maîtriser la vielle monocorde ribab qui caractérise la tradition des Rways.

Après quelques années d’exil en Allemagne (1961-1964), il retourne au Maroc pour devenir chanteur professionnel. Dès 1965, il commence à enregistrer des albums. En 1969, un terrible accident de la route le rend paraplégique. Il s’installe alors à Casablanca auprès de la plus importante communauté émigrée chleuh. Composant et chantant en tachelhit, il acquiert une renommée au sein de sa communauté et parmi les auditeurs de la section « dialectale » (qism allahajat) de la radio nationale. Il chante, à côté de thèmes sociaux et affectifs, sa colère de l’attitude méprisante des autorités envers les Amazighs et leur culture.

La contestation a marqué la trajectoire poétique et militante d’Albensir. Il a certes chanté, au début de sa carrière, la gloire de la monarchie et de la nation, mais en vain : l’indifférence des représentants de la « nation » chantée et glorifiée le conduit à prendre conscience de la position dominée et marginale de son métier et, partant, de sa culture amazighe. Devant le mépris opposé à son art, Albensir ne se résigne pas. Il passe à la révolte et exprime dans un langage clair son attachement à sa culture natale.

Selon lui, le pouvoir n’est pas simplement indifférent, il est aussi aliéné puisqu’il ne reconnaît de la chanson que celle exprimée en arabe par des nationaux ou des Égyptiens comme Abdelhalim Hafiz et Abdelawah. Cette attitude ravive chez lui le sentiment douloureux de la marginalité. L’État, chante-t-il, ignore les chanteurs chleuhs dont il se sent le porte-parole. Il ne « nous » réserve, poursuit-il, qu’une mort indigne et silencieuse dans les marges de la cité comme des chiens errants (zun d igh immut uydi gh umedduz). L’humoriste chleuh Abdallah Anidif résume ainsi la place de la culture amazighe dans les média : Tumêz tcelhît gh lidaàa uncek lli tamêz lebcklît gh ccanti (la place qu’occupe tachelhit à la radio est la même que celle d’une bicyclette sur la route).

Loin d’abandonner sa « petite tradition » poétique pour s’intégrer dans la « haute culture » imposée, Albensir est le premier rrays à chanter la langue amazighe. Il déclare ainsi son inscription dans la marginalité :

 

Rebbi zzayd làezz i tcelhît Nettat as ligh atig innagh sawelgh.

Ô Dieu ! Honore bien ma langue, Avec le chleuh, je suis valorisé, estimé auprès des miens.

Attentif aux mouvements sociaux, les chansons du rrays, en particulier celles qui font allusion à la situation politique, sont parfois à l’origine d’intimidations et persécutions. En 1982, il est emprisonné durant une semaine en raison de sa chanson aggurn (la farine), très critique du gouvernement après « les émeutes du pain » (suite à la terrible sécheresse de 1981). Une autre de ses chansons, sur la mosquée de Hassan II, vilipende sans ménagement le gouvernement et ses pratiques oppressives.

Albensir a enregistré près de 100 cassettes. Il meurt à l’âge de 53 ans à Casablanca, le 11 novembre 1989.

 

 

 

 

Laksida

 

Ifoulki lhedid ir dis our imoun zerb

Wana izerben han ora sar as imoun lgherd

Lkiset ikhf ino jlanar aragh ikend

Ragh agdi na red nerli ighuiyi wayad

Magh ilan isagh ihsad lkafer bilah

Mench anjla fouhwach rsous ola cherg

Aylir darengh ila imikatin reljib

Nir walabod adsis zworagh lhiij

Inar ikhasak l3akel ikhasak oslab

Matrit lhij iska gik ila yisid

Awid yaw mobil  nerdi tiwit anzfag

Ima lhij ajat arkirak ila relgherd

Nedo sragh omobil fkaren gis yal3adad

Ngasent radyou ola sbart  ljedid

Nir zoun nkin or soul ak ili relgherb

Yan aner our isen iragh itemnad

Irizgha omobil izer ijlouba ljdid

Ikaned ayna dikhfens lozir ayad

Ar nskar chiki ir nsoug ar ntel3ab

Namez lbola sawfous rzemghak lbab

Soul neftou s 100 roksar ola relvirage

Lfayda ha lkoudra nrebi hasibab

Ina l3akel righ anmoun ad nzour lblad

Nzoured lwalidayen adagh imoun lgherd

Nfourd agadir aflan  relkhmsa nriyid

Namez agharas nihahan ar nezigiz

Orak gitengh ila lkhouf ola jo neksoud

Lkemgh lhenchan ngiz nzer gis lhoujoj

Nzayden aman ilmoutour  ayer our iherg

Nagen ola lisanes ilema ar nzigiz

Lfayda sidi lmkhtar  chan nelkemkid

Orak gis nebid achko ila gigh zerb

Ragh nezritin okan sir lkemgh lvirage

Slar nit iwmobil zoun ibaka igig

Wisa igenwan aran sir okan itel3ab

Kir yan wasga relkhla ikit ola ribab

Jadar miya hadernd miden kolo moned

Ila kra meskin ar ditengh itemsifid

Imik halabilanes iga zound asemid

Asinard ilma snesbitar aren negiz

Ragh nelkemtin nir nit lhemdo lilah

Ayliraner outen yat tasmi skdounar lbenj

Ibid nit oudebib aragh itemnid

Ireghn iyan ofermli inayasen serbid

Lirtin lkemen arten flagh itnebah

Inays kiyi han lkhdemtenk igat rwad

Sawal sers arigh ifer l3akel tawitend

Izayd ilma ofermli araner itknad

Aranegh isaksa rlkhabar nsous ola cherg

Inayer manik iga litchin isilouh amoud

Yak timitach ortent iherg osmid

Wali kar isaksa faserghaentid

Imik simik ar nsehitir ar nskdoub

Aranegh imala litchin inayi mayad ?

Niras our khelir ayer tmalam aferziz

Lfayda inayasen awiyat rwad iwdbib

Han our soul ili dikhfens ola ar itemnid

Aras nmala litchin inayar aferziz

Asinagh nfour rid nkchem drid

Aylir nelkem dar leftih inayas oudbib

Krfat rifasen tasmas idaren djenb

Adour faken sira smousour ar itiwid

Rzemn flati ilola zond ajedig

Imik simik neg lhbak isoumar lbenj

Isersd ilma lawmas sersend lmoujoud

Araner itazou zond ira tazoun arad

Mra isira iradak gitengh skern lkdid

Walayni rebi youmras igayi sibab

Lhin nken tirziwin asiniyid

Lbit lkhatar nezri gitsent amer yan yiid

Asinard selbit nimoudan ar negi

Nofan gis miden nag 50 ir our ndenb

Ila kra meskin ibiyas odarad ola rwad

Ila kra meskin irza roufous azelmad

Kouyan drikna sas youmer molana atig

Ila kra izeri radyou binas ahboud

Aman douzkif asoukan i3ach ihemd

Lmakla toujad ifat rebi ragh tchad

Walayni meskin alen kasatent itemnid

Kraygan sbah izri flasent oudbib

Wana okan igan idwa  ifkasentid

Wana rayafoud lksoutens ard itoujad

As ljama3 lird ilkem douher ha lhbab

Koyan dlfamilansen ikaysend jenb

Ila kra yousid roufousad ola rwad

Ila yiwin mskin adil ola louz

Ila kra mskin our darsen ili ohbib

Ola lfamila man sis itagan ikend

Izaydasen watan lkhouf igin wayad

Ila kra ina albnsir ifta dourad

Ora smousoun adar ola afous ola jenb

Ola arghoum oras ak izdar atizgouz

Ragh lehlib ays akan zond araw waghad

Walayni rikan ijraygh or igi lkdoub

Olah amkak soul ni ris raneghi ribab

Ola ar soul ntidou fwakal ar ntel3ab

Walayni rebi i3fayar lhamdo lilah

Mra okan ofir anbid asoul nzigiz

Nsameh itomobil bragh bacheklit

Ola lmoutour rays neg ragh adar nfejij

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site