Créer un site gratuitement Close

ayssar

 

SIDI_MBAREK_AYSSAR

 

 




 

 

Mbark Ayssar

 

un grand artiste

 

igh illa mad tsaqsat gh mbark haddouch, ur illa matt issen nighdd ad inigh idrus matt issen, macc kullu imarayn n imurig n tirrwisa ssen rays Mbark Ayssar.
Ayssar iga aghar assagh n tzuri, iwitid gh taqbilt n ida wissar, ligh d ilul gh usgwass 1952, gh udwwar tabul3wanet gh Tamanar Ihahan.

ikcem Mbark lligh sul iga a3rrim s tinmel uhwac, ghin aghd iswa tazûri izddigen, ghin agh ihsa tugt n imurig aqqbur gh llan iwaliwn adfûdnin, i3zzu dars imurig d ddêrb aqbur.

Rays Mbark ur akw bahra izerb, gh tizwiri ar ittirir s imurig n rways mqqurnin n imazighen zund Boubakr Anechad, Boubaker Azaâri, Omar Ouahrouch, Ahmed Amentag, azemz ad is ar helli gis isengiddi rays Mbark Ayssar tawada ns gh ubrid n imurig, arn ittarm, ar istay, issen i silla ugharas, issen is issutel ugharas, macc ikfa lkhatr ayyligh yufa ad isker tinmel n Ayssar n imurig amazigh lli sers izlîn, yat tinmel llis ifaw ugharas n umarg amazigh, issisfiw agharas n tummeghra gh usenflul i Mbark Ayssar, nttan lli mmu ifta gh mezzi ns kigan gh izrî.

issenta rays Mbark s taghanimt (talâuwwat) aylligh as issen, izayd ar ittelmad i rribab (amzad), ig rrays Lahoucine Boulhaoua almmad ns izwaren.
ikkttin Mbark Ayssar gh trabut n rays Ahmed Amentag, tin Larbi Oudid, tin Larbi Lamtouggi, tin Mohamed Oubrahim Outassourt.
Tirubba yad ad as irzemn tiggura ad inmmaggar d rways bahra ttuyssanin akud ann, zund Rays Ahmed Bizmawen d matn irwassen. Rways lli yas yumzên afus aylligh ikcemm s umadâl n imurig amazigh gh usgwas 1976.

yuckad rays Mbark ayssar gh tasut n Haj Albensir, d Hmad amentag, Omar Ouahrouch, Ben Yahya Outaznakht, Mohamed Abaâmran, …
azemz lligh iga Rays Haj Mohamed Damsiri amghar n rways, nttan d raysa Fatima Moujahid lli ittiwssan s Tihihit mqqurn, d raysa Rqia Talbensirt.
ghiklli iga uzemz llighd yucka Ayssar azemz lligh sentant troubba tawada nsent, zund Ousman, Laqdam, izenzârn, azemz llighen tella taghennant idusen ngr tinmel n rways d tin troubba.

ad isker rays adis nes nger rways gh uzemz ann, icqqa nit, macc Ayssar, immagh, ar ittawz ad isker yat turmit sis izlîn. turmit lli ratt in isers gh yan uswir yattutn. idîd talghat lli mu iga s wassagh : inna henna s lâaql iga tazzant. ghin aghen yukzen ugdud is iga rays Mbark Ayssar yan unazur mqqurn.
Ar ttimghur turmit n Mbark Ayssar imik s imik, aylligh ttid iffu lhal yan wass tenwa, ur sul igi rays mbark Ayssar tazzant ngr rways, is iga anemghur n imurig n rways, slawant akw lligh immut rays Demsiri, d rays Said Achtouk.
Llant dars mennawt talghatin bahra ifulkin gh iga: amouch izrân agherda, lâalim aynnan, inna henna suhbib inu, ah ukan a ddunit, …

Zgh 1997, tut rays Mbark Ayssar yat tmandûnt, tserg as ad ign iyyirn f iyyirn. Ur adelli isfaw igellin yat, imik hatid ur sul izemmer agh ifttu, agh ismmussu ifasen, ur sul izdâr htta agh isawal. Ukan rays igh as tkkist awal, ur sul igi rays.
Sqsant yan ddûr f umarg d tamadûnt llit ighwin, inna yasn : igh jjigh amarg ar lmut. Ayuz nk rays Mbark Ayssar.
Ar nssutur gh bab n igenwan ad aghd irar rays ngh Mbark Ayssar s igr n useflul

-----------------------------------------------------

 

    MANI RGHAKEN ZERH 

Ajar  awer alar adonit orkm righi

Han  is nezra wili diton itchalani

Ohoy ohoy ohoy mad flak igoran

Mani rghak nzer awali fnhol amad flak igorani

Monat halaman  gaten nit togas amad flak igorani

Ajar  awer alar adonit orkm righi

Han  is nezra wili diwnt itchalani

ika labhor ikd igenwan ifl akali

wa nanar wiliyanr ogernin ywer iseni

wa nanar wiliyanr ogernin awer isen

idonit wala magisent awer ifori

(nki nit is giti igiz lhal manra sol )

asenr  is  gik igis lhal akra senri

ilir nzra wali diton  itmonani

ifelkin isksa gitenr isk iwir

awakha talat idamen mak youmeni

aj awal iyid sidiki inar sawelni

inar saweln idadaton anfatasi

awili tinin idonit orkem righi

awino lhmenk adosir ran takiti

afigi wjarifad  li fen  tliti

ayak or diton izi yan orken felr

amiya wraghas adofir orten kenri

wanayk idfer lreghdnon awnatasi

raseli rtomzt adarnk orken felri

arasad  yiwik odarnk ar talati

ahan irzer wosid aman rakn awini

Mani rghak nzer awali fnhol amad flak igorani

Monat halaman  gaten nit togas amad flak igoran

           

IMIHNA

 

 Imihna mani nra mani mo nga

Agayouno zond ir gis ila ganga

Ohoy ohoy rikad tgit adokan gir

Ohoy ohoy rikad gir orati tgim

Ajar okana rikad sak nir adokan gir

Manza wino yak idgam adiyi zrin

Zayd awino rak ajir itol nzman

Rakid irara wakha tbidem wakha tgenm

Arja flaha ayikhfino rikad gir

Orkin ntama walayni kolo arizray

Iyih yih mani ira whbib nzrat

Izd araghasad nihahan amo hwan

Ajar okan ima lhem ogern agdad

Orsol ofir ayahbib ino ak nezri

Or sol nsin mani nra mani mo nga

Wana falaka iragh nit odem fosga

Arja flaha otar tamara dodragh

Zond raseli otar tilas ola anzar

 

 

id is gigi termit ?

id is gigi termit lligh ak sul ur zêrragh ?
Mennack ussan ad kkigh, ingha yyi lhem nek
Awid telba d awid l3dul ar darngh
ad ukan kullu nara tamazirt ngh nhdu y ak
a ghayda nttâf igh ufigh a nesmd rja nnun
a Llah t a Rebbi, ma izêdârn ay agh-d iml dwa nnagh
imma lhûb n walli righ ur imken agh-d iffugh
urigh yat tbrat s ummettâ d usmammi dw awal
nega-n gisnt is ur yyi sar dik ibddû yan
ur tent terzêmnt, ur nessen ma f gigh l3du nnun
igh ibdâ Rebbi ma nmcarak, nqqunêd gitun
ad ur yawin yan lxabar is diwn ngaragh
a zayd at ukan a winu, zayd Llah ihnnik
wanna d munagh ar igh nnigh is t nega d winnagh
ar angh isiggil ad yyi ikerf udâr d ufus
wanna k yad iran
 ur a kun yajj i l3du nnun
iqqand ak bdûn inwwacen d yan irdâ ul
lhûrma ay itran, ula tafukt, a bu-jnanat
ad agh t amr lghunbaz a ten kkes, a t neg gh lkas
righ a tsugh ghw atay, a yyi ijji lhûb gitengh
irar-d udwwab lwijab nes, is agh-d nnan
ikmmel ak Rebbi tammara nnun a ghwwad yallan
Max is gigh Rebbi, ma darnegh a kun sis dawagh
a sawl a lqqelb, l3aql lahiyt ighab w awal
id is gigh nnadim, hêgergh ixf inu igllin
ad ur nettawi tagudî d lghyar ard rmigh
igh nezêra itri isufun nnigh iqqerb akal
igh-n sis hwigh, ili-n agh-n gh nnig w ayyur
a sawl a lqalb l3aql lahiyt ighab w awal
igh nezêra itri isufun nnigh iqqerb akal

 

ouRiD al3aqeL

Urrid a l3aql
keyyi ka yagh itbrramn
A ghar izwar ak udâr
ur akw a tgawarn
Winnun a nmun abadan
lhûb nzêdar asen
Ur a sar dik bdûgh
ura rak nzri i ixef
A han Rebbi isfaw tasa nu
izêr ul inu
A ghik ad s ak nnigh
a winu neghwzân ak
Ullah urk netknad
a walli mu nga winns
Wa kiyyi d imurig
a f ukan njla luqt
Wa tlatin 3am ayad
nga rribab gh ifassn
Wa kkighd adrar
nkkad azaghr
nekkd isafen
Ur nflil manid
ur nekka dar ihwawiyen
Wa a lahbab nz3em siwn

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------

 

 

 

ryan olmo9ar noltmatengh Khadija Bouâcrhine had  masas ina raysengh  riklisd nan rtadwarit n

 

http:/oulhadjilahsen.blogsport.com

 

Vous vous rappelez encore vos débuts dans le monde de la musique ?

Bien évidemment. Malgré mes problèmes de santé chroniques, je me souviens encore de tout et en détail. Je n’avais même pas encore 12 ans lorsque j’ai découvert tout l’amour que j’avais pour la musique. Et parallèlement à mon apprentissage assidu du Coran dans la mosquée, je m’évertuais à apprendre à jouer le « ribab ». D’ailleurs, parmi mes premiers maîtres dans ce domaine que je n’oublierais jamais, Mohamed Outassourt. En fait, j’ai été un brillant élève. J’ai appris extrêmement vite.

Est-ce que vous avez encore votre premier ribab ?

Oui. Je l’ai toujours, car il est exceptionnel. Il ne me rappelle que de bons souvenirs. Je l’ai acheté à l’époque à un prix dérisoire. Mais maintenant, il coûte extrêmement cher. Car il est très bien fabriqué. D’ailleurs, de pour de trop l’user, j’en ai acheté un autre.

Vous étiez paralysé pendant plus de deux ans, pouvez-vous nous dire comment avez-vous vécu votre incapacité à jouer vote instrument fétiche ?

Extrêmement durement. Ma maladie m’a beaucoup ébranlé, psychologiquement parlant. Il va sans dire que jouer le ribab est pour moi est une activité plus que vitale. C’est comme de la nourriture. En fait, j’étais comme un exilé. Car, j’avais trop l’habitude de manier quotidiennement mon instrument. D’ailleurs, pendant ma maladie, j’aurais aimé que mes collègues artistes viennent me rendre visite, pour alléger un peu mes souffrances, mais une bonne partie d’entre eux m’ont tout simplement oublié. Le seul qui était régulier dans ses visites est mon grand ami Mohamed El-Khatabi, le président de la section régionale du syndicat des musiciens à Agadir. Avec le temps, grâce à ma volonté et à ma patience, je m’en remettais de plus en plus. ET malgré ma grande faiblesse physique, j’ai commencé à tenir mon ribab, et même à en jouer.

Que faut-il pour jouer le ribab ?

Le ribab est un instrument essentiel et central chez les rways. Pas tout le monde peut en jouer. Car pour le faire, il faut beaucoup d’efforts. D’autant plus que physiquement, il faut impérativement être en grande forme. En fait, le secret du ribab se trouve dans les doigts du musicien. Il faut savoir que, à chaque fois, que j’en joue une force incroyable sort de mes doigts. En plus, convenons-en, si ce n’était pas ce même ribab, je ne pense que vous serez venu me voir.

Quels sont les autres instruments des rways ?

Le naqqus, le lotar, le tam-tam. Les nouveaux rways utilisent même le derbouka .

Vous avez travaillé avec beaucoup de chanteuses, quel gendre de rapports entretenez-vous avec elles ?

Tout d’abord, je tiens à dire que je suis l’un des rares rways à encourager la femme soussie à embrasser la musique. D’ailleurs, bon nombre d’entre elles ont fait leur classe dans mon groupe. Si quelques-unes ont préféré se retirer purement et simplement, d’autres ont passé outre toutes les interdictions et ont fondé leurs propres formations musicales.

Avez-vous déjà chanté en duo (tanddamt) avec une chanteuse ?

Bien sûr. D’ailleurs, mon expérience avec Fatima Tamouzount, qui a mis fin à sa carrière musicale, est de loin la meilleure.

Qu’en est-il de votre père, est-il lui aussi porté sur la musique ?

Mon père était un simple agriculteur. Mais il ne s’est jamais opposé avec à mes choix professionnels. Bien au contraire, il m’a toujours souhaité tout le succès du monde.

Combien de chansons avez-vous écrit et interprété ?

Énormément. Mais je serais incapable de vous dire le chiffre. En tous les cas, pour moi, un professionnel est quelqu’un qui sait très bien jouer le ribab et qui traite un certain nombre de sujets dans ses chansons.

Quelles sont les caractéristiques de la danse des rways ?

La danse amazighe du Souss se base sur le mouvement saccadé des épaules et des pieds. Si le premier est « tighirt », le second est « abrdakka ». Le bon danseur, à mon point de vue, est celui qui arrive à combiner parfaitement bien les deux. Pour la fin du spectacle, il faut danser « tamssust ». C’est une forme de conclusion. Mais il vaut mieux être en forme, car c’est une danse qui exige une très grande rapidité.

Parlez-nous de votre première chanson…

Elle s’intitule : ifulki gh ass ad, iàdl, immim w awal. En fait, tout au long de ma vie d’artiste, j’ai enregistré plus de 100 cassettes.

Comment travaillez-vous vos chansons ?

Comme vous le savez, je suis malheureusement non-voyant. J’enregistre systématiquement les paroles sur une petite radio-cassette. Par la suite, je les réécoute, plusieurs fois, avant de leur trouver le rythme le plus adéquat avec mon ribab.

Avez-vous du nouveau ?

En effet. Je prépare actuellement un nouvel album. J’espère qu’il va beaucoup plaire au public.

Les rways ont un habit spécifique, pouvez-vous nous en parler ?

Les hommes enfilent le « tajllabit » traditionnel, un turban blanc ou jaune, « acherqaui » et même, parfois, une calotte aux couleurs vives. Quant aux pieds, ils leur mettent les babouches, « idukan ». Sans oublier le fameux poignard, « lkummiyt », qu’ils pendent de leur cou grâce à une épaisse cordelière appelée « tuggas ».

Pour quelle raison ne travaillez-vous plus avec les chanteuses ?

Parce qu’elles demandent des cachets importants. En tous les cas, pour l’instant, je préfère travailler avec les hommes.

Combien demandez-vous pour animer les fêtes et les mariages ?

Avant c’était 10.000 dh. Mais maintenant je ne demande plus que 5000 dh. Comme vous pouvez le remarquer, la rétribution des chanteurs est devenue, hélas, insignifiante. En raison de la concurrence. Il faut savoir que tout le monde veut chanter…

Insinuez-vous que de la chanson amazighe a beaucoup perdu de son prestige d’antan ?

Incontestablement. La chanson actuelle a beaucoup perdu par rapport à celle des grands maîtres. J’espère de tout cœur que toutes les bonnes volontés vont remédier, le plus tôt possible, à cette situation indigne.

Quels sont les rways qui vous ont influencé ?

J’ai fait connaissance en 1967 avec plusieurs grands artistes. Je vais en citer Houssaïn Boulhaoua ou Belkacem, Ahmed Amentag, Abdellah Oudid et Brahim Achtouk. En fait, j’ai énormément appris auprès d’eux à une époque où j’étais encore à la recherche de ma propre voie. Ensuite, je me suis installé à Marrakech où j’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres grands chanteurs amazighs : feu Omar Ouahrouch et Brahim Outassourt entre autres. Nous avons travaillé ensemble pendant des années jusqu’à ce je décide de former mon propre groupe. Et dont la composition est ainsi : Moulay Hmad Ihihi, Bizmaouen, Ahmed Bounnit, Houssaïn Boulhaoua et Tayeb Ouchâib.

Des connaisseurs comparent vos chansons à celles des grands maîtres, qu’est-ce que vous en pensez ?

En effet. Beaucoup de gens m’ont dit que mes chansons leur rappellent étrangement celles de Boubakr Anchad. Et pourtant, je n’ai jamais connu et encore moins rencontré cet homme. À part, ces chansons qui, il faut vraiment le reconnaître, sont terriblement magnifiques.

Pour quelle raison l’influence d’ahwach sur votre musique est négligeable pour ne pas dire inexistante ?

Les rythmes que j’utilise me sont inspirés par l’héritage musical de ma région d’origine, Ihahan. Pour tout vous dire, j’ai tout fait pour ne pas être influencé par ahwach, de quelque manière que ce fût. Ainsi, toutes mes compositions sont on ne peut plus personnelles. D’ailleurs, tout au long de ma carrière, je me suis fait un point d’honneur de ne jamais reprendre les chansons des grands maîtres comme Lhaj Belâid et Boubak Azâri.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site