talbensirt

LALA: R9IYA_TALBENSIRT






Peu de gens peuvent prétendre qu’ils ne connaissent pas Rekia Talbensirt (Demsiriya). Et pour cause. Cette grande diva a marqué de son style, de sa voix et de sa présence l’évolution de la chanson « tarrayst » ses 40 dernières années. Khadija Bouâchrine, encore elle, l’a inteviewée pour notre grand plaisir. Ça a donné cet échange -que j’ai traduit en français- pas toujours réjouissant. Il faut dire que la vie de Talbensirt n’a pas été toujours rose. Et c’est vraiment le cas de le dire
*********************

Cela fait plus de 40 ans que vous avez commencé votre carrière de chanteuse professionnelle, quel bilan faites-vous de ce très long parcours ? (Elle sourit).

Pour parler franchement, je n’ai jamais pensé à toutes les années que j’ai passées sur la scène musicale amazighe et a fortiori en faire le bilan. Parce que je me considère toujours comme une débutante. C’est peut-être cela le secret de mon succès, ma constance et ma longévité. Par ailleurs, je me rappellerais toujours mes débuts avec leurs bons et leurs mauvais souvenirs. Je suis l’une des artistes qui a le plus souffert en raison de ma grande passion pour la chanson. Mais mes sacrifices n’ont pas été vains. Jusqu’à maintenant, j’ai à mon actif pas moins de 400 chansons.

Quels sont les poètes qui vous ont le plus influencé ?

Tout d’abord, je préfère les appeler non pas des poètes mais tout simplement des rways. Pour ce qui me concerne, il faut savoir que j’ai grandi dans un milieu rural. Il va sans dire que son influence sur ma formation et mes goûts a été pour le moins déterminante. Il en va de même des rways auprès de qui j’ai énormément appris. D’ailleurs, je vais en citer feu Mohamed Albensir et Zahra Talbensirt entre autres. Mais je tiens quand même à préciser que j’ai été toujours fascinée par la poésie des grands maîtres : Lhaj Belâid, Boubakr Anchad et tant d’autres. L’une de mes premières chansons a été justement un petit hommage et une marque de reconnaissance vis-à-vis de tous ces immenses rways.

Vos rapports avec feu Mohamed Albensir n’étaient pas toujours au beau fixe, qu’elles en sont les raisons ?

Rassurez-vous, je ne ressens aucune animosité envers cet homme. Bien plus, je n’ai pour lui que respect et déférence. Je n’oublierais jamais l’aide qu’il m’a apportée à mes débuts. Tout ce qu’il y a, c’est qu’un jour il a commis un impair envers moi. Il a composé une chanson, interprétée par Fatim Tihihit meqqourn lors de l’une de leurs tournées en France, où il a été extrêmement critique envers moi. Même s’il n’a jamais revendiqué la paternité de cette chanson, je sais que c’était de lui. Connaissant très bien son style, il ne peut s’agir que de lui. Se rendant compte après coup de tout le mal qu’il m’a fait, il a essayé de se faire excuser. Il a donc décidé de m’écrire une autre chanson où, cette fois-ci, il s’en prenait à Tihihit. Ce que bien sûr j’ai refusé. Car juste après, j’en ai écrit une moi-même : je les ai attaqués, violemment, lui et Tihihit. Mais notre antagonisme n’a pas duré longtemps, puisque nous nous sommes réconciliés juste quelque temps après, grâce aux bons offices d’amis rways.

Et qu’en est-il de vos relations avec Fatim Tihihit meqqourn ?

Tout ce qui se dit à notre propos n’est que rumeur et racontar. À vrai dire, j’ai toujours un immense respect pour cette grande dame. D’ailleurs, j’ai énormément pleuré lorsqu’elle a décidé de se marier et de se retirer. En fait, l’émulation qui avait entre nous deux a été, à certains égards, extrêmement positive. Elle nous a poussées à se surpasser. Pour le plus grand bien de la chanson amazighe.

Est-t-il obligatoire de faire ses classes dans l’ahwach avant de prétendre faire carrière dans la chanson des rways ?

Absolument. Pour exceller dans la musique amazighe, il faut impérativement passer par la case ahwach. C’est une école très formatrice qui permet aux femmes de maîtriser non seulement l’art de la composition poétique, mais aussi la rythmique chorégraphique, plus qu’essentiels dans le métier de chanteuse.

Un événement qui s’est passé dans une danse d’ahwach a été décisif dans votre vie, pouvez-vous en parler ?

En effet, même si cela remonte à très loin, je me le rappelle comme si c’était hier. Dans une joute poétique fort célèbre, j’ai pu tenir tête aux danseurs qui critiquaient les danseuses. En fait, j’ai eu pour la première fois l’occasion de donner libre court à tout mon savoir-faire et mon talent poétiques. Ce jour-là, c’était mon petit jour de gloire. Carrément séduits, beaucoup de spectateurs sont venus me féliciter juste après. Depuis, tout le monde m’appelait « tarrayst ».

Est-t-il vrai que votre père s’est beaucoup opposé à votre passion ?

Mon père était très attaché aux valeurs religieuses et traditionnelles. Ayant perdu ma mère alors que je n’avais que quatre ans, il s’est donc remarié. Mais sa nouvelle femme a été une vraie sadique. Elle a massacré littéralement mon enfance. Dans le sens elle a toujours fait preuve d’un grand esprit imaginatif pour me torturer et me faire souffrir. Elle me faisait les travaux les plus difficiles. Pire, elle m’empêchait d’aller dans les soirées d’ahwach et les fêtes qui sont organisées dans notre région. Mon père, qui était tout ouïe pour son épouse, en rajoutait en m’enfermant carrément à la maison. Mais, en prenant du recul vis-à-vis de cette période de ma vie, d’une manière indirecte, mon père m’a en fait encouragé à passer outre toutes les barrières culturelles et sociales. Car je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour m’échapper et aller exprimer ma passion dans les fêtes d’ahwach. Voyant qu’il ne servait strictement à rien de m’entraver, il m’a laissé faire.

Saviez-vous que votre passion allait vous séparer d’avec votre père, vos enfants et toute votre famille ?

Je ne savais pas du tout qu’elle en serait ainsi. Je me suis mariée deux fois. Avec le premier mari, je n’avais pas eu d’enfant, car j’étais extrêmement jeune. Je n’avais même pas 12 ans. Avec le second, j’ai eu deux filles et un garçon, mais la nature de mon travail m’empêche de les voir souvent. Eux, ils habitent à Casablanca et moi, je suis à Dcheira, dans le Souss. Ils me manquent terriblement. Je souffre énormément de ne pas les voir le plus souvent. Heureusement que la poésie existe, car elle m’est d’un grand secours. Elle apaise mes peines et mes chagrins.

Pouvez-nous parler de votre fameuse chanson, tudert (la vie) ?

Cette chanson est un concentré de tous les malheurs et les détresses que j’ai tant endurés. J’aurais pu facilement basculer dans une vie dissolue ou la débauche, mais j’ai décidé de devenir une tarraysat respectée et respectable à force de volonté et de travail. Pour vous parler sincèrement, à chaque fois que je veux interpréter cette chanson, les larmes et l’émotion m’en empêchent. Tellement que c’est dur. C’est vous dire.

Votre mère a une grande place dans votre poésie, pouvez-vous nous parler ?

Ma défunte mère a une grande présence dans ma poésie. Elle m’a inspiré beaucoup de belles choses. Même si elle n’était pas avec moi, elle m’a appris énormément. J’ai aussi parlé de ma belle-mère qui a été la raison d’une grande partie de mes souffrances.

Vous n’avez pas non plus ménagé votre premier mari…

En fait, ma poésie révèle des pans entiers de ma vie. J’ai beaucoup évoqué mon premier mariage. D’ailleurs, j’en ai parlé ainsi :

Pourquoi me marie-t-on à quelqu’un je ne connais même pas ?

Je n’ai jamais supporté notre vie commune Mon cœur ne l’a jamais aimé J’ai prié Dieu pour qu’il fasse que l’on se sépare J’ai préféré quitter le domicile conjugal sans connaître le chemin Je me suis rappelé les propos du fquih La femme n’avait pas le droit de voyager toute seule Mais Dieu est miséricordieux et je ne discute pas ses décisions Depuis longtemps, je ne sais à quel saint me vouer J’étais comme un agneau, d’aucuns me lorgnaient Ils aiguisaient leurs poignards pour m’égorger Mais grâce à ma volonté et à Dieu, je suis sauvée Aucun mal ne m’a jamais atteint

Que pouvez-nous dire sur les rways qui vous ont appris le métier ?

Avant de rejoindre la troupe de Abdellah Ben Driss, originaire d’Ounzoud, non loin de Marrakech, mais installé à Casablanca, j’ai fait mes débuts dans le groupe de Khadouj Tawrikt. J’ai acquis beaucoup de connaissances en côtoyant ces artistes. Une fois que j’ai senti que je pouvais voler de mes propres ailes, j’ai enregistré ma première cassette en 1967. Elle a été vendue comme des petits pains tellement le public l’appréciait. Ainsi, beaucoup de rways m’ont demandé de les rejoindre même s’ils étaient très réticents, le poids des traditions expliquant cela, à ce qu’une femme fasse partie de leurs orchestres respectifs.

Que vous a appris Hmad Bizmaouen ?

Beaucoup de choses. Notamment, la manière de faire de la poésie et comment traiter les sujets via le duo que nous avons formé plus d’une fois.

Quelle direction avez-vous suivie après la constitution de votre propre groupe ?

J’ai fait beaucoup d’efforts dans la création poétique et dans la recherche musicale. Pour preuve, mon groupe est actuellement parmi les meilleurs dans tout le Maroc.

Avez-vous un procédé particulier pour composer vos chansons ?

J’enregistre les paroles sur une petite radio-cassette. Je les réécoute plusieurs fois de suite pour bien les mémoriser. Mais, parfois lorsque je suis sur scène, ma longue expérience aidant, j’improvise le plus simplement du monde.

Vous avez beaucoup traité les problèmes sociaux, mais vous avez toujours évité de parler de la politique, pour quelle raison ?

Les problèmes sociaux me sont plus familiers alors que la politique, pour être tout à fait sincère, je n’y comprends pas grand-chose. C’est aussi simple que cela.

   

                                    Source :  http://www.souss.com/Rkia-Talbensirt-j-ai-chante-plus.html

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site